REER / CELI

Régime enregistré d’épargne-retraite (REER)

Ceux qui désirent épargner en vue de la retraite tout en reportant à plus tard le paiement des impôts sur les sommes épargnées peuvent contribuer à un REER. En effet, un montant versé dans un REER peut être déduit du revenu imposable. De plus, tous les intérêts gagnés sur l’épargne sont exempts d’impôt jusqu’au retrait.

L’impôt est payable uniquement sur les montants retirés du REER. Toutefois, il est possible d’emprunter des sommes du REER sans payer d’impôt dans le cadre du Régime d’accession à la propriété (RAP) et dans le cadre d’un programme d’études (REEE).

À la retraite, on peut utiliser le REER pour acheter une rente qui sera payée la vie durant par une compagnie d’assurance ou l’on peut transférer le REER dans un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR).

La Loi de l’impôt sur le revenu prévoit une formule pour déterminer le maximum qu’il est possible d’épargner dans un REER. Ce montant est calculé une fois par année et est indiqué sur l’avis de cotisation qui est envoyé après avoir transmis une déclaration de revenus.

Cette formule est la suivante :

18 % du revenu gagné en 2016  (revenu maximal de 144 500 $)

Moins

Le facteur d’équivalence (FE) de l’année précédente*

Plus

Les déductions inutilisées au titre d’un REER depuis 1991

*Le facteur d’équivalence représente la valeur de la rente acquise dans le régime de retraite de l’employeur au cours d’une année de service. Le FE est déclaré par l’Université sur le feuillet T4.

Compte d’épargne libre d’impôt (CELI)

Les résidents canadiens âgés d’au moins 18 ans peuvent verser à un CELI des cotisations non déductibles d’impôt. Le maximum est de 5 500 $ pour l’année 2017 plus les droits de cotisation à un CELI non utilisés à la fin de 2016.

Les revenus de placement et les retraits ne sont pas imposables et ne limitent pas les droits aux prestations de la Sécurité de la vieillesse ou du programme de Supplément de revenu garanti.